Métro.

 

                                             lille_v2

 

Une détonation se fit entendre dans le couloir sombre du métro de Lille. Emilie tourna vivement la tête et retira un de ses écouteurs, interloquée. Avait-elle rêvé ?

Un clochard assis juste devant elle lui rendit un regard inquiet et fit un signe de croix en murmurant le Notre Père. Bingo, il avait réussi à la rendre totalement paniquée, d'autant plus qu'une deuxième explosion venait de retentir, faisant cette fois-ci réagir le reste du wagon.

Une femme accompagnée de ses enfants se mit à hurler et à courir en battant des bras, bientôt suivi par un chef d'entreprise et une musulmane en burqa. Un homme d'âge mur leur hurla de se calmer et le métro pila net entre deux stations.

Emilie soupira. Elle avait rendez-vous avec son petit ami et ce qu'il venait de se passer n'augurait rien de bon.

- Qu'est-ce qu'il se passe mamie ?

Une petite fille venait de demander ça à sa grand-mère, qui, le teint blême, sembla ne pas l'avoir entendue. La jeune femme lui fit un sourire rassurant et retira totalement ses écouteurs.

Dans un bruit sourd, une troisième détonation résonna et les lumières des néons sautèrent, les laissant totalement dans le noir.

La pagaille fut alors indescriptible. Des hurlements des enfants à ceux des parents, des cris désespérés du SDF au rire effrayant des jeunes totalement défoncés du bout de la rame.

Emilie serra les dents et chercha son briquet dans sa poche de manteau, avec succès. La vision d'une source de lumière sembla calmer les différentes personnes en panique et le calme revint peu à peu.

Emilie fit le compte des gens présents : une mère et ses deux enfants, une grand-mère et sa petite-fille, un SDF, un chef d'entreprise, trois jeunes bourrés ou défoncés, un homme tout à fait banal et une femme en burqa.

Le réseau était indisponible, les marteaux de secours ne cassaient pas grand chose et les hauts-parleurs ne diffusaient rien.

- Transpole, ensemble, créons des liens !

Les treizes personnes présentes sursautèrent lorsque la voix synthétique se fit entendre.

- Nous vous informons que l'ensemble de la ligne 2 vient de...

Le reste de la phrase fut un gargouillement écoeurant, puis ce fut le silence.

- Qu'est-ce que ça veut dire ?

Le chef d'entreprise semblait drôlement en rogne. En effet, sa femme, ses enfants et son dossier l'attendaient et il perdait un temps fou dans cette maudite rame de métro.

- Je n'en sais rien, murmura Emilie. Je suppose qu'il ne nous reste plus qu'à attendre....

 

A SUIVRE.