Métro VII.

 

                                             le_voyage_dans_la_lune_oeil







... Et se sentit plongée dans un profond coma. Le monde autour d'elle s'évanouit pour laisser place à des pixels grossiers sur fond blanc, sans aucune raison. A moins que... des pâtes hallucinogènes ? La mort ?

Le coeur du chef d'entreprise s'emballa aussitôt quand il vit que la jeune fille venait de s'effondrer. Brunhilde posa rapidement sa main sur son cou pour en saisir le poul et en déduit un arrêt cardiaque. 

Lorsqu'elle l'annonça au reste de l'équipe, ils ne purent s'empêcher de s'en sentir soulagés. Les enfants ne bronchèrent pas devant la mort d'Emilie, trop accoutumés à cet événement.
 
- On ne va pas dire que ce n'est pas triste, murmura Renée, mais... Je pense que quelque part, nous sommes heureux que le sort ne nous ai pas choisis à sa place.
 
Devant cette verité évidente, ils ne purent que baisser la tête en signe d'assentiment. 
 
- Je mange moi !
 
Ysabel se jeta sur un des plats, qu'elle dévora avec avidité. Les autres firent de mêrme et en vinrent même à apprécier ce qu'ils avalaient. 
 
Richard sentit soudain une douleur intense dans son bras gauche et s'effondra avant même de pouvoir faire le moindre geste. Ainsi que Sacha, Adrien, Ysabel et Brunhilde. 
 
Les cinq presumés morts se retrouvèrent alors dans le même espace qu'Emilie, que la blancheur de l'endroit avait finit par totalement aveugler. 

- Voyons, qui a été le plus gourmand ? 
 
Une voix caverneuse, accompagnée d'une représentation de la lune de Mélies sur le fond pixellisé, se fit entendre. Cette lune les fixa les uns après les autres et arrêta son choix sur une petite fille un peu trop attirée par la nourriture. 

- Dommage pour toi, tonna la lune avant de désintégrer Ysabel en un éclair sorti de son oeil gauche.

Emilie se releva dans la pizzeria. Les quatres autres rescapés semblaient tout aussi hagard qu'elle, et seuls les hurlements de détresse de Renée troublaient le silence.