Métro VIII.

 

 

                                    16756

 

 

Une fois la vieille dame plus ou moins calmée, le temps fut venu de quitter le restaurant. Renée sanglotait toujours bruyamment, ce qui énervait beaucoup le reste de l'équipe trop habituée aux morts successives et à la leur qui semblait vouloir arriver le plus vite possible pour être réellement compatissants. 

Emilie se demandait ce qu'allait être leur prochaine épreuve. Elle aurait voulu pouvoir s'attendre à une chose logique, une étape à passer, mais pas une séléction totalement aléatoire de chacun d'entre eux. Etaient-ils les proies d'un pervers, à la manière d'un Saw ou d'un survival horror quelquonque ? Elle en avait de plus en plus l'intime conviction. Et elle voulait survivre jusqu'à la fin, fut-ce en écrasant tous les autres. Elle serra les poings et les dents puis ouvrit la porte d'entrée du restaurant. 

Ils se retrouvèrent en plein milieu d'un buffet entre gens élégamment habillés et le restaurant disparut quand le dernier d'entre eux en eu passé les portes.

- Bienvenue !

Un jeune stewart et une hôtesse déguisée en lapin leur tendaient des plateaux remplis de petits fours. Debbie jeta un oeil à ses deux amis, redoutant un autre plat empoisonné, amis qui semblaient partager la même crainte. 

- On est obligé de manger ?

Heidi, la petite fille de Brunhilde, avait posé la question avec toute la naïveté un peu consternante que l'on observe à cet âge là et les serveurs ne firent que tendre un peu plus le plateau vers les dix protagonistes. En revanche, le reste des personnes présentes au cocktail se tournèrent au même moment vers eux et les fixèrent d'un regard si noir qu'Eric crut qu'il allait se pisser dessus. Depuis que la bourse avait chutée en 92, il n'avait pas éprouvé une sensation aussi terrifiante. 

- Je vais en prendre un bout, marmonna Richard en attrapant un toast. 

- Mais tu es fou ! 

Debbie avait crié, paniquée, et s'était attirée tous les regards des êtres aux alentours. Il lui semblait d'ailleurs que leurs yeux étaient des puits sans fond dans lesquels elle aurait pu se noyer aisémment. 

- Pardon... Je vais en prendre un aussi.

La mort dans l'âme, elle saisit un morceau et le mangea rapidement. Le goût ne lui disait rien, il lui rappelait à la fois le poulet et le lapin... Sans être l'un ou l'autre.

Ils se saisirent tous des petits fours, à part le seul qui mangeait Hallal, ne sachant pas ce qu'il y avait dedans il ne préférait pas s'y risquer et ce malgré les regards insistants de toute l'assistance.

Il y eut alors un flash blanc. Et quand les yeux des dix se réacoutumèrent à la lumière ils constatèrent qu'Ahmed, l'ami de Debbie, avait disparu. Ils se trouvaient dans une forêt, et à l'arbre le plus proche était punaisé un papier. Plus exactement une recette, celle des petits fours ; dans la partie viande étaient inscrits les noms et prénoms de la petite fille de Renée.