Métro VI.

 

 

                                           69t9xchx

 

Les escaliers défilaient sans fin, et semblaient vouloir les emmener au centre de la terre. Après quelques minutes de descente parfois éprouvante, Emilie décida de marquer une des marches avec son rouge à lèvre, ayant un affreux sentiment de déjà-vu. Bingo, après quelques instants de descente la marche marquée fit sa réapparition. Ils tournaient en rond.

La jeune femme ne dit rien à ses compagnons et promena sa main sur le mur tout en descendant, cherchant une solution.
Elle perçut une inperfection et comprit aussitôt que cette malformation était en réalité une porte. Et que le reste de l'escalier ne les emmenerait nulle part.

- Venez, je crois que j'ai trouvé quelque chose !

Le reste de l'équipe s'attroupa autour d'elle et le mécanisme se mit en marche une fois qu'ils furent réunis.

La porte s'ouvrit dans un grincement sourd, et leur laissa observer avec étonnement qu'elle menait sur un restaurant italien totalement vide, mais où le couvert était servi. Pour onze personnes.

- Mon Dieu, où est-ce qu'on vient d'atterir... ?

- Chouette, des pâtes !

Ysabel lâcha la main de sa grand-mère et s'empressa de s'installer à une des tables. Elle allait enfin pouvoir satisfaire sa faim !

- Pas si vite, jeune fille.

Une voix caverneuse venait de retentir dans le restaurant, sortie d'un des haut-parleurs disséminé dans la pièce.

- Vous allez tous devoir manger, sans exception. Un des plats est empoisonné. Bonne chance !

Le jingle de la publicité Panzani se fit entendre, puis ce fut le silence. Eric sentit un frisson parcourir son échine et un vague souvenir d'une partie de roulette russe refaire surface dans son esprit. Le concept était le même.

- On va accepter ça ? Vraiment ?

Emilie serra les poings tandis que la voix refit son apparition.

- Soit vous mangez, soit vous refusez. Si vous refusez, vous mourrez. Bonne chance !

Le jingle encore et le vide. Les pleurs de Brunhilde, la rage de Richard, la résignation de presque tous les autres et l'insouciance d'Ysabel. Ils n'avaient pas le choix.

- A table, soupira Debbie en s'installant à une table.

Elle prit une part généreuse du plat et l'avala d'une traite sans qu'il ne se passe rien.

- Une chance sur dix de mourir, murmura Emilie. Advienne que pourra !

Elle mangea à son tour une part de son assiette au goût abominable et ferma les yeux...